Email Facebook Twitter Viadeo LinkedIn RSS Plus

Actualités Filtrer par actualité : Toutes | Locales | Nationales

Luc VILLET, nouveau président du conseil régional

Luc VILLET, nouveau président du conseil régional
Mercredi 31 mai 2017
Me Luc VILLET succède à Me Jean-Luc ROCHE à la tête du conseil régional des notaires de la cour d'appel d'Orléans, pour un mandat de deux ans.

Me Luc VILLET vient d’être élu président du conseil régional des notaires de la cour d’appel d’Orléans – qui réunit les compagnies d’Indre-et-Loire, de Loir-et-Cher et du Loiret – pour un mandat de deux ans.

Notaire à Meung-sur-Loire (45) depuis 2002, vice-président du conseil régional depuis 2016, Me Luc VILLET a précédemment exercé les fonctions de vice-président (2009-2010) et de président (2011-2013) de la chambre départementale des notaires du Loiret.

Docteur en droit, il enseigne depuis 2004 à l'université d'Orléans, au sein de laquelle il était auparavant maître de conférences associé et où il co-dirigeait le master II Droit et gestion du patrimoine privé.

Me VILLET entend d’ailleurs faire de la formation (l’une des compétences du conseil régional des notaires)  un des principaux axes de son mandat.

« Les notaires doivent suivre tous les deux ans un minimum de 60 heures de formation afin de rester à jour. Mais face au déferlement incessant de textes et de règlements auxquels nous devons faire face, et compte tenu des compétences multiples du notaire, qui exerce aussi bien en droit de la famille qu’en droit des sociétés, en passant par le droit des collectivités locales ou de l’immobilier, l’investissement doit être bien plus important. C’est une charge très lourde pour les offices, mais indispensable ».

De manière plus générale, Me VILLET entend également accompagner les offices en cette période de bouleversement.

« Notre profession traverse une période de profonde mutation. Comme l’ensemble de notre société d’ailleurs. Le notariat a l’avantage d’avoir fait depuis plusieurs siècles preuve de ses capacités d’adaptation et d’anticipation. En témoigne par exemple l’acte authentique électronique, bientôt couplé avec la visio-conférence. Les notaires continuent, tant individuellement que collectivement, d’investir massivement dans la formation, les nouvelles technologies, etc. En dépit des incertitudes économiques, il faut également relever qu’ils continuent de recruter. Ils sont plus que jamais au service de leurs clients et du public. N’hésitez pas à les consulter ! ».

Nouvelle composition du conseil

En quelques chiffres

Le ressort de la cour d’appel d’Orléans compte à ce jour 258 notaires (ils seront sans doute plus de 300 avant la fin de l’année), exerçant dans 140 offices présents aussi bien dans les métropoles que dans les petites communes rurales d’Indre-et-Loire, du Loir-et-Cher et du Loiret.

Ils emploient plus de 1 100 collaborateurs.

La moyenne d’âge est de 48 ans. Plus de 40 % des notaires sont des femmes.

En 2016, ils ont réalisé dans le ressort 107 330 actes et 9 705 déclarations de succession. Près de 60 % des actes sont facturés en dessous de leur prix de revient (statistique nationale). Moins d’un pour mille fait l’objet d’une contestation (statistique nationale). Dans les pays anglo-saxon, un acte sur 3 est contesté.

À l’échelon national, près 22 milliards d’euros d’impôts et taxes collectés, sans aucun coût pour les pouvoirs publics. Près de 85 % des frais dits « de notaires » reviennent ainsi à l’État ou aux collectivités locales

Le notariat est présent dans 22 des 28 États membres de l’Union européenne et dans 86 pays regroupant plus des 2/3 de la population mondiale.

Partager l'information :


« Retour à la liste des actualités